Assurance santé expatrié Argentine
Bulle

Assurance santé expatrié en Argentine

Destination Argentine
>Accédez librement aux meilleurs établissements
>Des garanties adaptées aux prix locaux du privé
>Une couverture internationale
>Remboursé 2x si vous trouvez moins cher ailleurs
illustration

Une assurance santé pour accéder aux meilleurs soins

Une assurance expatrié en Argentine est indispensable pour vous garantir l’accès aux meilleurs établissements et médecins du privé. La Sécurité Sociale Argentine a été imaginée pour garantir une couverture universelle en service public à tous les résidents, y compris les expatriés, mais faute de moyens, le niveau des soins est très aléatoire.

Sommaire
Trait

Les chiffres clés de l'assurance santé
en Argentine

Les chiffres clés de l'assurance santé en Argentine
Dépenses de santé par habitant 962,50€
Indexation annuelle des dépenses de santé 42%
Taux de remboursement CFE hospitalisation 50%
Nombre d'assureurs présentant des offres 15
Garantie hospitalisation à 30 ans /an 715€
Garantie hospitalisation à 50 ans /an 1188€
Trait

La sécurité sociale Argentine

La couverture locale

L’Argentine dispose d’une base sociale théoriquement forte mais manquant de moyens.

Une convention a été signée entre la France et l’Argentine en Septembre 2008, avec une mise en vigueur des dispositions de cet accord au 1er Novembre 2012.

Cette convention permet d’assurer la continuité des droits et d’éviter le paiement des cotisations en double. La prise en charge de chacun dépend bien-sûr de son statut détaché, expatrié, adhérent à la CFE ou à une caisse locale.

Le détachement est possible pendant 24 mois pour les salariés et 12 mois pour les indépendants.

Hors détachement, le principe de base est celui d’un rattachement à un régime social du pays dans lequel est exercée l’activité professionnelle.

ATTENTION : La Sécurité Sociale argentine ne couvrira que les frais en secteur public. Dans le privé, elle ne prévoit aucun remboursement.

La couverture CFE

Elle permet un maintien de votre protection sociale similaire à ce qui se fait en France ET propose des prestations maladie, maternité, incapacité-invalidité, décès et vieillesse.

Pour la santé, les remboursements CFE sont ceux de la zone 2.

Les garanties CFE seule peuvent être suffisantes pour des soins courants (consultations), en revanche en cas d’hospitalisation, pour des examens ou de traitement long il est indispensable de disposer d’une assurance complémentaire.

En effet, le % de remboursement hospitalisation de la CFE est de seulement 50%, ce qui vous laisse 50% à charge alors que les prix dans le privé sont très élevés. Ce taux descend à 40% sur les examens de laboratoire, l'imagerie médicale ou les actes des spécialistes.

Ces chiffres sont intéressants car ils montrent que selon les statistiques de remboursements de la CFE les prix locaux pour les expatriés sont au moins 2 fois plus élevés que les prix fixés par la Sécurité Sociale Française.

Vous trouverez plus d’informations à ce sujet dans notre rubrique dédiée à la CFE.

L'organisation de la santé en Argentine

Le système de santé en Argentine est divisé en 3 secteurs : public, obras sociales et privé, comme présenté ci-dessus. Mais que couvrent et comment fonctionnent la sécurité sociale locale, las obras sociales et les assurances privées ?

La couverture publique :

L’ANSES donne accès gratuitement aux soins dans le secteur public, et les étrangers peuvent y souscrire. Cependant, les attentes sont longues, le service et les infrastructures très aléatoires.

La Cobertura Univeral de Salud (CUS) ou couverture maladie universelle a été mise en place en 2017. Elle est censée permettre à tous, d’avoir accès à une médecine de qualité à moindre coût via les prestations du programme médical obligatoire (PMOE).
Le programme médical obligatoire d’urgence (PMOE) donne accès à tout bénéficiaire aux soins médicaux, hospitaliers et palliatifs, dentaires, rééducation, prothèses et de transport médical. La pharmacie n’est prise en charge qu’à 40% (voire 70% pour les pathologies chroniques).

Il est à noter que la couverture maternité est gratuite, du début de la grossesse à la 1ère année de l’enfant (Programa Materno Infantil).

Voilà pour la théorie ; dans la pratique, dans un pays en quasi cessation de paiement, ses moyens sont très limités et il ne faut pas trop compter dessus pour bénéficier de soins de qualité et rapides.

Las Obras Sociales :

Ce sont des caisses sociales financées par les salariés (1.58%) et employeurs (1.59%) qui donnent accès à une assurance santé payante. Ces caisses d’assurance, au nombre de 300 environ, fournissent un guide de leurs prestations, incluant les adresses des médecins et autres établissements médicaux affiliés. Les antécédents médicaux ne peuvent être exclus par ces assurances et une couverture médicale minimale est garantie. Elles couvrent environ 50% de la population.

La souscription se fait à travers l’employeur, ou vous pouvez le faire volontairement si l’entreprise qui vous emploie n’est pas affiliée. Pour les étrangers, il faut disposer d’un statut de résident et avoir un emploi légal pour accéder aux « obras sociales ».
Là aussi, le niveau de leurs services dépendra de celui de leurs financements et donc du montant cotisé par votre employeur. S’il ne paie que quelques dizaines d’euros par mois et par salarié il ne faut pas espérer pouvoir accéder à une médecine aux standards européens.

Le secteur privé :
Il s’agit d’assurances santé privées locales ou Prepagas, sans dimension de couverture à l’international. Il convient de se renseigner précisément sur les garanties proposées (plafonds de couverture par exemple) et sur les exclusions possibles. Tout le monde peut y souscrire, ces assurances doivent assurer au minimum les prestations obligatoires tout comme le font las obras sociales.

La qualité des soins sera bonne. On aura accès au médecins généralistes privés (dans le public on doit se rendre à l’hôpital pour consulter un médecin). En revanche les tarifs seront à la hauteur des prestations : Service plus = Tarif plus plus.

Le prix définira également dans quels établissements vous pourrez aller. Seulement 5% de la population a recours à une assurance privée locale.

Le système de santé en Argentine

Un système universel récent

Le système sanitaire argentin a été réformé en Janvier 2009 afin de donner accès aux soins à tous les résidents. Auparavant, les salariés souscrivaient des assurances individuelles par l’intermédiaire des syndicats. Ce système appelé « obras sociales » a permis le développement des hôpitaux conventionnés, ou même des hôpitaux aux noms des grandes compagnies d’assurance.

Dès lors la sécurité sociale est gérée au niveau national sous la tutelle du ministère du travail. Malheureusement, la crise financière est passée par là et le pays s'est déclaré plusieurs fois en cessation de paiement. Le financement de la santé s'en ressent et la qualité des soins varie considérablement d’une région à l’autre, que ce soit dans le secteur public ou dans le secteur privé.

Situation sanitaire et précautions avant départ

La situation sanitaire argentine est globalement bonne, sans phénomène épidémiologique particulier.

Se protéger contre les moustiques et les autres insectes demeure une précaution nécessaire bien que les risques de contraction de maladies soient faibles. Le plus à craindre serait la fièvre jaune, ensuite la dengue et le paludisme.

La vaccination contre la fièvre jaune est donc conseillée, surtout si vous prévoyez un séjour dans les zones frontalières avec le Paraguay ou le Brésil.

Il est indispensable de faire la vaccination Diphtérie-tétanos-poliomyélite (DT-Polio) avant l’entrée sur le territoire argentin.

Selon les régions, il convient également de faire attention à la potabilité de l’eau.

L’accès à l’assurance santé peut être difficile pour les étrangers, il est fortement recommandé de souscrire à une assurance expatrié privée avant votre départ.

Qualité des soins en secteur public et privé

Dans le secteur public la qualité des soins est moyenne à médiocre. Les infrastructures actuelles sont héritées du système public précédemment géré par les différents syndicats du pays, ce qui implique des niveaux de qualité différents selon la région. Toutefois, il y aura le nécessaire pour traiter les urgences dans la majorité des hôpitaux.

Les médecins sont pour la plupart formés à l’étranger et toutes les disciplines sont représentées ; que ce soit dans le public ou le privé.

Dans le secteur privé, la qualité de soins est généralement de bonne qualité mais onéreuse ; les prix peuvent même s’aligner aux frais médicaux des pays développés les plus chers.

Les établissements privés sont pour la plupart, implantés dans les grandes villes comme Buenos Aires (hôpital Allemand, Espagnol), Mendoza ou Cordoba.

L’Argentine a aussi construit une réputation internationale en tant que destination pour la chirurgie esthétique et réparatrice, les opérations s’effectuant dans les cliniques privées.

Prix des soins sur place

Les prix pratiqués varient selon l’établissement de santé que vous visiterez. Sinon, les soins sont gratuits auprès des établissements publics.

Le prix des hospitalisations et autres soins dans les établissements privilégiés par les expatriés sont très élevés. A défaut de pouvoir présenter une attestation d’assurance valable (les assurances que nous présentons sont valables sur place via un réseau de correspondants locaux) il est souvent demandé de régler d’avance ou de payer une caution.

Prévoyez au minimum 15€ pour une consultation chez un généraliste privé. Pour une consultation de spécialiste, il faut prévoir jusqu’à 55€ et plus. A savoir, si vous êtes admis aux urgences, on vous dirigera directement sur un spécialiste en lien avec votre pathologie. Enfin, pour une séance de kiné il vous en coûterait 20€ environ.

En Argentine, les soins dentaires suivent des standards très élevés, et sont facturés à des tarifs modérés, de 40€ à 80€ pour un détartrage. Par contre, une couronne en céramique coûtera en moyenne entre 600€ et 900€ ; et à partir de 700€ pour un implant. Pour des interventions en orthodontie, les tarifs atteignent jusqu’à 1 000 €.
La souscription d'une option dentaire et optique n'est donc pas indispensable si vous avez peu de besoins.

Comment choisir un médecin

La majorité des spécialités médicales sont disponibles en Argentine (orthodontie, ophtalmologie, dermatologie…).

S’il s’agit d’une urgence, vous pouvez approcher sans problème les établissements publics qui sont bien équipés pour ce genre de situation. Passé l’urgence, vous devrez être transféré dans un établissement correspondant à votre réseau d’assurance locale, ce qui peut coûter très cher.

Pour une consultation courante, si vous avez une assurance locale, vous devrez vous tourner vers les médecins recommandés par votre assureur. Pour les « obras sociales », il faut prendre rendez-vous longtemps à l’avance, car il y aura toujours une attente en raison du manque de personnel. Avec une assurance santé expatrié, vous serez libre de voir le médecin de votre choix.

Bulle
Picto vidéo

Que pensent les assurés
d'International Santé ?

Trait

Choisir son assurance expatrié en Argentine

Pourquoi faut-il souscrire ?

Pour votre sécurité et celle de votre famille, une assurance privée vous permet d’accéder à des services et des compétences répondant aux standards internationaux auxquels vous êtes habitué en Europe. Contrairement aux assurances privées locales, aucun réseau ou lieu de soins vous est imposé sur place. Vous avez la liberté de choisir vos médecins et lieux de soins. Vous pourrez ainsi accéder aux meilleurs équipements de diagnostics et aux meilleurs traitements.

Tous les assureurs proposent maintenant des services de téléconsultation efficaces. Vous pouvez ainsi prendre rendez-vous avez un généraliste, mais aussi des spécialistes qui pourront vous apporter un second avis médical ou vous orienter pour vos soins sur place.

En complément, votre contrat expatrié sera utilisable en France lors de vos retours ponctuels et vous garantit au minimum une couverture en cas d’urgence à l’international.

Les assurances expatriés peuvent aussi être complémentaires à la CFE, si vous choisissez d’y adhérer. La couverture santé de la CFE étant une première base de remboursement seulement, avec une complémentaire expatrié, vous obtenez des taux de remboursement alignés aux tarifs appliqués dans votre pays d’accueil.

Enfin, les assurances voyages ne fonctionneront pas : beaucoup d’expatriés pensent pouvoir faire l’économie d’une mutuelle expatrié pendant quelques semaines grâce à leur assurance voyage. Mais en cas de pépin, l’assureur vous demandera de justifier de vos conditions de voyage, billet retour, type d’hébergement, remboursement Sécurité Sociale. S’il constate qu’il s’agit d’un séjour stable de plus de 90 jours, et non pas d’un voyage de courte durée, il refusera la garantie.

Quand et comment souscrire ?

Les procédures d’adhésion aux garanties expatriés sont plus complexes que pour une mutuelle classique, il convient donc de s’y prendre au moins 30 jours avant votre départ.

Notre site vous permet de faire des tarifications en ligne et de comparer les garanties.

Un conseiller peut ensuite vous aider pour toute la procédure d’adhésion.

Quelles garanties choisir ?

Si votre budget est serré, contentez-vous d’une assurance hospitalisation seule, c’est le minimum indispensable.

Choisissez une formule prévoyant un plafond annuel de garantie d’au moins 300000 EUR.

Si vous pouvez consacrer un peu plus à votre budget santé choisissez une formule qui rembourse également les frais de santé hors hospitalisation. C’est particulièrement utile pour les médecins, la pharmacie ou les examens.

Faut-il faire l’avance des frais ?

Si vous êtes assuré auprès des « obras sociales », vous n’avez pas à avancer des frais ni pour la consultation, ni pour l’achat de médicaments (remboursés à 40%) mais vous devez aller là où on vous dit d'aller.

Dans le cas d’une assurance privée locale, hors hospitalisation les frais doivent généralement être avancés. Il convient de confirmer la procédure auprès de votre assureur. L’hospitalisation de plus de 24h peut être prise en charge directement selon le réseau.

Avec une assurance expatrié, en cas d’hospitalisation de plus de 24 heures l’assureur organise la prise en charge directe auprès de l’établissement hospitalier / clinique. Les frais médicaux courants et optique/dentaire sont à avancer. La demande de remboursement se fait facilement, les assureurs proposants tous des espaces clients, et parfois des applications mobiles, pour la gestion de vos remboursements.
De manière générales, les factures jusqu’à 1.000€ peuvent être transmises par voie numérique. Les factures de plus de 1.000€ (plus rares) devront être envoyées par courrier.

L'assistance rapatriement

La qualité des soins sur place fait qu’il y a peu de risques que vous ayez à être rapatrié pour raisons de santé du moment que vous êtes dans une grande ville. L’assistance pourra cependant jouer à l’intérieur même du pays dans des zones peu équipées ou à l’étranger en cas d’accident ou de maladie qui surviendrait durant un voyage.

Elle offre également des services que l’on peut qualifier de « confort » mais qui seront bienvenus en cas de coup dur : payer le voyage à un parent qui viendra à votre chevet, organiser la garde ou le transfert des enfants, bénéficier de conseils et d’avis médicaux, billet retour en cas de décès d’un parent, etc

Bulle
Picto vidéo

Vous cherchez une mutuelle
à prix mini !

Avis vérifiés 4.9/5