Bulle
illustration

Assurance santé expatrié au Maroc

Destination Maroc
>Accédez aux meilleurs soins sans contrainte
>Couverture étendue France et Monde
>Vous êtes libéré des contraintes CNSS
>La garantie du meilleur tarif

Expatrié : Comment choisir une assurance santé au Maroc ?

Des établissements privés, bien équipés permettent d'accéder à des soins de qualité, mais pour des spécialités pointues (chirurgies cardiaques, orthopédie, ORL, etc) il sera souvent nécessaire d'envisager des soins en France. Une assurance expatrié adaptée complètera la couverture CNSS de façon efficace.

Sommaire
Trait

Les chiffres clés de l'assurance santé
au Maroc

Les chiffres clés de l'assurance santé au Maroc
Dépenses de santé par habitant 378,40€
Indexation annuelle des dépenses de santé 5%
Taux de remboursement CFE hospitalisation 67%
Nombre d'assureurs présentant des offres 15
Garantie hospitalisation à 30 ans /an 600€
Garantie hospitalisation à 50 ans /an 1068€
Trait

Le système de santé marocain

Un système qui ne demande qu’à s’améliorer

Le système de santé marocain a beaucoup évolué en 20 ans, mais reste fragile. La mise en place de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) à partir de 2006 n’était que le début d’une suite de réformes pour instaurer un environnement de confiance pour les Marocains et pour les étrangers. Les établissements sanitaires privés se sont mis à offrir des services de qualité, mais à des prix relativement chers. La qualité reste cependant à revoir dans le secteur public.

Les réformes annoncées ces dernières années, tardent à être mises en œuvre faute de ressources financières suffisantes. Au Maroc, seulement 6% du Budget général de L’Etat sont alloués au budget de la Santé, quand l’OMS recommande d’y consacrer 12%. Il en découle des dysfonctionnements autant au niveau du personnel de santé (insuffisant), que de la qualité des soins (inconstante) ou des infrastructures (plus que vieillissantes) dans le secteur public.

50% des dépenses de santé au Maroc sont assumées par les ménages qui, quitte à payer de leur poche, sollicitent le secteur privé en priorité. L’assurance maladie finance quant à elle environ 22% des dépenses.

En conséquence, le ministère de la Santé travaille actuellement à un partenariat stratégique public-privé pour améliorer et développer le système de santé des années à venir.

Qualité des soins publiques et privés

Les soins dans le secteur public sont abordables, mais de qualité moyenne, voire quasi-déplorable dans certaines régions.

Il existe un manque réel de personnel de santé dans le secteur public. C’est un problème directement lié au statut de fonctionnaire des médecins et à leur faible rémunération. Une grève générale avait mobilisé 70% des médecins en Août 2019.
Les structures hospitalières publiques sont datées, si ce n’est dépassées. Un plan d’action pour 2021 vise à reconstruire l’hôpital Ibn Sina de Rabat et à construire 8 centres hospitaliers provinciaux, en plus d’un hôpital régional et 11 de proximité.
En général les établissements sanitaires publics dans les villes principales sont mieux équipés et offrent un service acceptable.

La qualité des soins en secteur privé au Maroc est, elle, excellente mais chère.
Le matériel est moderne et bien entretenu. En plus des services de base (médecine générale, dentisterie, pharmacie), des services spécialisés sont également disponibles : dialyse, radiologie, échographie, IRM, scanner, soins et réadaptation, etc.. Le prix s’aligne à la qualité tout en restant inférieur à celui de la France.

Dans le cas d’une opération, ou d’autres interventions nécessitant des soins techniques ou de longue durée, il est judicieux d’envisager des soins en France vis-à-vis des frais engagés (qui seront plus élevés au Maroc).

Prix des soins sur place

Au Maroc, les prix des actes médicaux varient selon le professionnel de santé que vous approcherez.

En général, une consultation chez un généraliste coûte de 150 à 300 MAD et une consultation de spécialiste entre 250 et 400 MAD selon que l’on consulte dans le secteur public ou privé.

Les prix des médicaments sont généralement comparables ou inférieurs à ceux pratiqués en France. Les pharmacies des grandes villes sont généralement bien approvisionnées.

Pour les bénéficiaires de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO), les tarifs de remboursement de référence sont aujourd’hui déconnectés de la réalité, et le reste à charge reste important pour l’assuré. Par exemple, un généraliste est remboursé à 70% sur la base d’un tarif de référence de 80DH, alors que la consultation coûte 150 MAD en réalité. L’assurance maladie rembourse donc l’équivalent de 56DH, laissant 94 MAD à charge pour le patient.

3 conventions ont été signées avec les professionnels de santé pour réviser les tarifs de référence à la hausse, et ainsi réduire le reste à charge des assurés. Ces conventions ne sont cependant pas appliquées à ce jour.

En termes d’hospitalisation, l’AMO couvre également, en fonction du secteur choisi (public ou privé), de 70% à 90% du tarif de référence fixé à 550 MAD par jour.
Souscrire à une assurance santé expatrié vous permet de supprimer ou limiter le reste à charge de vos frais d’hospitalisation et de médecine courante. Celle-ci est d’autant plus utile que les établissements hospitaliers peuvent réclamer le paiement intégral des frais médicaux avant la sortie des patients sous réserve de poursuites judiciaires. Une assurance expatrié c’est la tranquillité d’une prise en charge directe de vos frais d’hospitalisation de plus de 24h.

Pour vos frais dentaires, l’AMO prévoit un forfait de 3.000 MAD tous les deux ans. Ce forfait devrait devenir annuel. En général pour des soins dentaires ou des implants, vous pourriez trouver des tarifs 40% moins cher qu’en France. Si vous optez pour une option de couverture dentaire auprès de votre assurance expatrié, il n’est donc pas indispensable de choisir un niveau de remboursement élevé.

Bulle
Picto vidéo

Découvrez le 1er comparateur
d'assurances expatriés français

La santé en pratique

Situation sanitaire et précautions

Le Maroc n’est pas un pays à risque sanitaire élevé pour des epxatriés. De ce fait, il n’y a aucune vaccination obligatoire. Cependant, pour une raison préventive, il vous est conseillé d’être à jour des vaccinations classiques DTP / ROR et antituberculeuse, et de faire les vaccinations contre l’hépatite A, l’hépatite B, et éventuellement la typhoïde dans le cadre de séjours longs en conditions d’hygiène précaire.

Prenez en compte dans la préparation de votre départ que pour l’hépatite B, deux vaccins espacés d’un mois sont à faire avant de partir. Dans le cas d’un départ précipité, il existe un schéma accéléré consistant en trois doses rapprochées.

Quelques précautions sont également à prendre avec l'eau potable, en particulier en dehors des grandes villes. Enfin il vaut mieux éviter de se baigner dans les oueds et barrages, et de se protéger avec des répulsifs anti-moustiques de la mouche des sables et moucherons qui peuvent transmettre une infection cutanée (Leishmaniose).

Comment choisir son médecin ?

La plupart des médecins parlent français ou anglais dans les grandes villes.

Les expatriés ont souvent recours au début aux médecins des postes consulaires ainsi qu'aux listes de notoriété médicale établies par les chefs de poste consulaire. Ces listes énumèrent également des hôpitaux et des cliniques.

Pour les adhérents à la CFE seule, il existe des hôpitaux et cliniques conventionnés par la CFE qui éviteront aux membres d’avancer les frais. La liste est cependant évolutive et ne peut être connue qu’au moment de l’hospitalisation. Plusieurs de nos assurés ont déjà essayé d’avoir ces listes à l’avance, sans succès.

Autrement, vous avez le choix entre les différentes cliniques privées qui offrent des services de qualité.

Une assurance santé expatrié vous permettra d’avoir un second avis médical pour les cas spécifiques ou nécessitant une hospitalisation. Tous les assureurs expatriés proposent désormais un accès à une plateforme de téléconsultation pour les questions de santé basiques ou spécialisées.

Le cas particulier de l’accouchement

Il faut savoir que les cliniques privées pratiquent beaucoup les césariennes de « confort ». Il faudra certainement prévenir à plusieurs reprise votre médecin gynécologue (qui est celui qui procèdera à l’accouchement) si vous n’en souhaitez pas. Ces cliniques recherchant la rentabilité avant tout, à Rabat, Casablanca ou Agadir, on était à près de 80% de césariennes réalisées en 2018.

Le coût total d’un accouchement selon la tarification nationale peut aller de 4 000 MAD pour un accouchement naturel à 8000 ou 12.000 MAD pour une césarienne. Dans le privé il vous en coûtera de 12.000 MAD à 20.000 MAD si vous êtes logées en chambre « luxe ». En clinique, la nuitée en chambre individuelle peut varier de 600 à 850 MAD, une péridurale coûterait 2 200 MAD.

En revanche, il n’est pas courant au Maroc d’être « hospitalisé » plus de 24h après l’accouchement quand tout s’est bien passé et qu’il n’y a pas de complications médicales. Dans le privé, le médecin vous demandera si vous souhaitez sortir le jour même ou si vous préférez rester ; votre durée de présence à la clinique sera en fonction de votre volonté.

A savoir, la préparation à l’accouchement se fait rare, mais il est possible de trouver quelques personnes formées suivant votre ville de résidence. Certaines plateformes de télémédecine des assurances expatrié présentent l’avantage de vous proposer ce suivi et sa prise en charge.

Trait

La Sécurité Sociale locale et expat

La convention Sécurité Sociale française au Maroc

Il existe une convention bilatérale de sécurité sociale entre le Maroc et la France qui facilite le passage des résidents de chaque pays vers un autre.

Elle se distingue particulièrement par l’application d’un principe d’exportation des prestations et des droits acquis dans un pays vers un autre, et aussi de la prise en compte des périodes de cotisation dans les deux États.

Ainsi un bénéficiaire de la Sécurité Sociale française bénéficiera sans délai du régime de Sécurité Sociale Marocain. Il convient pour cela de vous munir d’un formulaire d’ « attestation des périodes d’assurance » rempli avant votre départ de France pour en bénéficier.

La Sécurité Sociale locale

Au Maroc, tout citoyen est tenu de souscrire à la couverture médicale de base appelée Assurance Médicale Obligatoire (AMO). Les salariés et retraités du secteur public marocain sont affiliés à la Caisse Nationale des Organismes de Prévoyance Sociale (CNOPS) ou prochainement la Caisse Marocaine d’Assurance Maladie (CMAM) , tandis que ceux du secteur privé sont gérés par la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS). Ces deux organismes sont supervisés par l’Agence Nationale d’Assurance Maladie (ANAM).

La Sécurité Sociale Marocaine assure la couverture : maladie-maternité, invalidité, vieillesse-survivants, chômage, et prestations familiales. Ce sont les entreprises qui sont chargées de souscrire auprès de sociétés d’Assurance et Réassurance une couverture pour le risque de maladie professionnelle et d’accident du travail de leurs salariés.

Pour les salariés du secteur public et privé, c’est l’employeur qui affilie le salarié dans les 30 jours suivant son embauche, il doit ensuite déclarer ses salaires mensuels et le nombre de jours travaillés à CNSS.

Pour les travailleurs indépendants et non-salariés à activité libérale, il convient dans ce cas de s’immatriculer et cotiser en fonction de son activité.

Une fois affilié, l’ouverture des droits est effective à compter de votre 55ème jour de cotisation. Les conjoints et enfants à charge de moins de 21 ans sont couverts au même titre que l’assuré. Une carte est attribuée à chacun, sans pour autant que cela donne accès à une prestation de tiers-payant ; il faudra faire l’avance des frais.

L’AMO couvre entre 70% et 90% des tarifs de référence de vos factures de médecine générale et de spécialités médicales et chirurgicales, des frais de biologie et radiologie, des soins paramédicaux, de pharmacie (en fonction du prix du générique le plus élevé), des soins dentaire et optiques, et des soins liés à la grossesse. Généralement les soins primaires sont effectués dans les dispensaires, et les soins plus spécifiques dans les hôpitaux. Le niveau de remboursement dépend s’ils ont été réalisés dans le public ou le privé.

La souscription d’une assurance privée est recommandée si vous souhaitez bénéficier d’un niveau de soin comparable au niveau de soins français, et surtout pour avoir accès au secteur privé. Une assurance santé expatrié sera un peu plus chère qu’une assurance privée locale, mais vous assurera une couverture en France et à l’International que ne peuvent pas vous fournir les assurances locales.

La Caisse des Français de l'Etranger

L’adhésion à la CFE ou une assurance privée est indispensable, si vous cherchez des prestations plus satisfaisantes que les faibles indemnités de la sécurité sociale locale, et en particulier pour accéder aux soins du secteur privé. L’assurance maladie de la CFE rembourse tous vos frais : médicaux, chirurgicaux, hospitaliers, dentaires, d’optique, de laboratoire et autres, dans la limite des taux et tarifs appliqués dans la zone 1 de couverture CFE.

Par exemple, pour vos factures de pharmacie le remboursement est de 65% de la facture (la réglementation sur les médicaments génériques ne s’applique pas), ou 50% de celles de vos analyses de sang.

Particularité de la couverture CFE au Maroc, une prise en charge 100% hospitalisation a été mise en place pour les assurés n’ayant pas souscrit d’assurance complémentaire. Cette prise en charge est actuellement effectuée par le biais de l’assistance VYV, partenaire de la CFE pour l’avance de frais d’hospitalisation. Afin de bénéficier de cette prise en charge à 100%, il faut s’assurer de contacter l’assisteur en premier lieu et de se rendre dans l’hôpital conventionné qui sera désigné par ce dernier. Il n’est pas question ici de choisir son lieu de soin, ni même d’avoir une liste à l’avance. Plusieurs de nos assurés ont essayé en vain.

Par ailleurs la CFE n’est pas tenue de maintenir ce système de prise en charge à 100% dans le temps. Elle peut l’arrêter à tout moment. Depuis 2013, 3 systèmes de ce type ont été mis en place successivement avec de longues périodes d'interruptions. Il était assuré par la CFE en direct en 2013, ensuite il a été géré par Mutuaide avant de disparaître, puis de revenir avec Vyv.

A charge pour vous de déterminer quels sont vos besoins et si vous optez pour une couverture CFE seule ou avec complémentaire (ou au 1er euro). L’assurance expatrié en complément de la CFE vous assure une prise en charge hospitalisation à 100% dans l’hôpital de votre choix, et un complément de remboursements pour vos frais courants, notamment pour ceux qui voudront un bon remboursement en optique et dentaire.

Calculée par rapport à votre âge (et si vous êtes seuls ou au moins 2 personnes à assurer), la cotisation auprès de la CFE permet aux adhérents d’être couverts en France et à l’international, et de retrouver rapidement leurs droits CPAM lors du retour définitif en France.

Bulle
Picto vidéo

Les expatriés parlent de nous...
souvent en bien.

Assurance santé et mutuelle expatriés au Maroc

Pourquoi faut-il souscrire ?

L'assurance maladie obligatoire locale permet d'accéder à des remboursements satisfaisants avec un reste à charge raisonnable et au système de soins public. Elle n'est cependant pas suffisante pour bénéficier d'un taux de couverture correct pour des soins pratiqués en secteur privé.

Une assurance santé expatrié au Maroc vous permettra de bénéficier des avantages suivants :
- Prise en charge de vos frais de santé en secteur privé.
- Possibilité de choisir un médecin de confiance et d’un établissement sanitaire référencé.
- Possibilité de vous faire soigner dans d'autres pays (que ce soit pour avoir accès à de meilleures structures, ou dans le cadre d’un déplacement professionnel ou de vacances).
- Services de téléconsultation et de second avis médical.
- Facilité de rapatriement en cas de besoin.

Quelles garanties choisir ?

Compte tenu des prix pratiqués au Maroc, un niveau de garantie économique ou confort est suffisant pour être correctement remboursé.

L’assurance est extensible sur d’autres garanties compte tenu de votre situation : assistance rapatriement, assistance juridique, indemnité journalière, capital décès et invalidité qui peuvent être très utiles.

L'assistance rapatriement permettra notamment dans le cas d’interventions importantes, une évacuation sanitaire en France ou dans un pays voisin.

Elle permettra d’éviter l’engagement de frais exorbitants ou une éventuelle insuffisance de structures médicales en place. Même si cela est rare aujourd'hui, ce n'est pas totalement exclu.

Pour plus de détails faites un comparatif mutuelle expatrié en ligne.

Faut-il faire l’avance des frais ?

Affilié AMO, le tiers-payant n’existe pas pour les frais de médecine courante. Il faut faire l’avance des frais. Les demandes de remboursement se font 1 fois par mois. Votre demande doit être transmise dans les 2 mois suivants le 1er jour de traitement pour être valable.

Avec une assurance expatrié : en cas d’hospitalisation de plus de 24 heures l’assureur organise la prise en charge auprès de l’établissement hospitalier / clinique. Les frais médicaux courants et d’optique/dentaire sont à avancer.

La demande de remboursement se fait facilement en ligne ou via des applications mobiles.

De manière générale, les factures jusqu’à 1.000€ peuvent être transmises par voie numérique. Les factures de plus de 1.000€ (plus rares) devront tout de même être envoyées par courrier.

Quand et comment souscrire ?

Les procédures d’adhésion aux garanties expatriés sont plus complexes que pour une mutuelle classique, il convient donc de s’y prendre environ 30 jours avant votre départ ou date d’effet souhaitée.

Il est possible de souscrire à l’assurance santé expatrié depuis le Maroc. Cependant, nous vous conseillons de le faire avant de partir, pour bénéficier de la couverture dès votre arrivée et d’un choix optimum de formules.

Notre site vous permet de faire des tarifications en ligne et de comparer les garanties.
Un conseiller peut ensuite vous aider pour toute la procédure d’adhésion.

Assurances complémentaires pour expatriés

Responsabilité civile et protection juridique : Elle couvre tous les préjudices matériels et immatériels qu'un expatrié ou un membre de sa famille pourrait faire subir à un tiers. La responsabilité civile ne s’appliquera pas dans le cadre de la conduite d’un véhicule à moteur, renseignez-vous auprès d’une assurance auto.

Assurance décès/invalidité : Si une base est prévue localement, elle reste minime, il faut prendre en main sa couverture pour protéger votre conjoint ou vos enfants. Il est recommandé de souscrire à une assurance privée ou à une des options de la CFE pour être couvert.

Avis vérifiés 4.9/5 - 525 avis